La saga Free n’est pas sur le point de s’arrêter. SFR rentre dans le jeu et y met à son tour son grain de sel en déclarant que Free aurait bénéficié de favoritisme tant de la part de l’Arcep que de la part d’Orange. Orange a très vite réagi en dénonçant que ces accusations étaient fausses et en expliquant les termes du contrat tout en précisant qu’il n’y avait aucune clause de préférence.

Désormais, SFR s’en prend à Orange et l’accuse d’être à l’origine des baisses de tarifs sur le marché de la téléphonie mobile. Frank Esser, le PDG de SFR estime que le fait qu’Orange ait accepté de signer un accord d’itinérance avec Free est la raison première qui a permis à Free de proposer des tarifs aussi attractifs.

Le secrétaire général de France Télécom, Pierre Louette quant à lui a souligné que les tarifs de Free sont dans la norme par rapport à leurs coûts, mais aussi par rapport aux MVNO. Pour eux, Free a payé une variable comme tous les autres MVNO, mais en y ajoutant un fixe, ce qui leur permet de bénéficier de l’accord d’itinérance. Par ailleurs, leurs contrats sont dans les normes et Free n’a bénéficié d’aucun favoritisme.