A défaut d’avoir la licence 4G, Free Mobile sera obligé de faire appel aux concurrents.

Mardi dernier (le 17 janvier 2012) , les trois opérateurs concurrents de Free Mobile, à savoir, Bouygues Telecom, SFR et Orange se sont vus décernées officiellement leur licence d’exploitation de réseau de téléphonie mobile à très haut débit.

La 4G est alors désormais disponible dans la bande des 800 mégahertz (MHz). Seul hic, Free n’a pas pu accéder à cet avantage. Les trois opérateurs ont pu accéder au 800 mégahertz grâce à la signature de gros chèque portant la recette pour l’État à 2,6 milliards d’euros alors que la mise à prix n’était  que de 1,8 milliard d’euros.

Pour la petite histoire, ces fréquences ont été reprises aux chaînes de télévision qui se sont ruées sur la TNT et donne la possibilité de couvrir de grandes zones avec un petit nombre d’antennes. Parfaites pour couvrir les zones rurales, elles peuvent aussi servir en grande ville pour capter le signal téléphonique à l’intérieur des bâtiments. Ceci puisque cette fréquence peut facilement traverser les murs. À noter que ces fréquences complètent les licences 4G attribuées en septembre dernier, dans la bande des 2,6 GHz.

Notons aussi que Free a déjà signé un partenariat d’itinérance de plusieurs centaines de millions d’euros avec Orange de manière à pouvoir utiliser son réseau 3G (dans certains endroits) et donc on peut imaginer que ce partenariat sera prolongé vers la 4G aussi. Mais sur du long terme Free n’aura pas d’autres choix que de créer son propre réseau mobile (ce qui devrait lui couter environ 1 milliard d’euros) afin de pouvoir être plus autonome et donc avoir une plus grande liberté dans les prix des forfaits qui apparaitront dans quelques années.